IL Y A 16 ANS, LE ROI HASSAN II DISPARAISSAIT

Hassan II

© Copyright : DR

Le Maroc commémore ce jeudi 23 juillet le 16ème anniversaire du décès du roi Hassan II. Le jour où le peuple marocain est sorti dans la rue pour pleurer le départ d’un génie qui a marqué à l’encre indélébile les annales de la dynastie alaouite.

La nouvelle a fait, en ce triste et inoubliable vendredi 23 juillet 1999, l’effet d’un tremblement de terre. Les images du peuple envahissant spontanément les rues pour exprimer, les larmes aux yeux, son chagrin et crier sa douleur, restent inoubliables. Celles et ceux qui avaient grand-peine à croire la nouvelle étaient restés les yeux rivés sur la première chaîne de télévision nationale, en quête du moindre indice démentant le décès.
Seulement voilà, la confirmation ne tarde pas à venir. Le ton solennel mais attristé, l’Héritier du Trône Alaouite, Mohammed VI, annonce, via les ondes de la TVM, officiellement la triste nouvelle.
« Avec un cœur débordant de foi et croyant en la volonté de Dieu, j’annonce au fidèle peuple marocain, à la Oumma arabe et islamique et au monde entier, le décès d’un grand dirigeant, l’une des illustres personnalités du monde et un roi parmi les glorieux souverains du Maroc, Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu ait son âme, le vendredi à 16h30, à la suite d’une crise cardiaque due à des complications qui ont résisté à tout traitement », déclare le Prince Héritier Sidi Mohammed, qui a adressé, en cette douloureuse circonstance « ses condoléances attristées au peuple marocain fidèle, qui a toujours exprimé son affection, son loyalisme et sa fidélité à ce grand roi ».
Hassan II a donc répondu à l’appel irrévocable de Dieu mais, à l’instar des dirigeants ayant marqué l’histoire de leur pays, il continue de survivre à ce départ par son œuvre atypique et occupe toujours une place de choix dans le cœur de tout le peuple marocain.
La Marche Verte, qui a fait retourner dans le giron marocain, les chères provinces sahariennes, illustre bel et bien le génie de Hassan II.
Grâce à cette initiative, qui a bouté le colon espagnol hors du Sahara marocain sans qu’une seule balle ne soit tirée, mobilisant pas moins de 350.OOO citoyens armés de bravoure et de patriotisme, Hassan II a pu alors déjouer tous les complots ourdis par les ennemis de l’intégrité territoriale du royaume, notamment l’Algérie de Houari Boumédiène et la Libye de Mouammar Kadhafi.
Hassan II s’est également illustré par un prestige remarqué et remarquable sur la scène politique internationale, qui lui ont valu une estime presqu’inégalée de la part des plus grands dirigeants du monde, dont le défunt président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy.
Sur les questions arabes, notamment la Palestine, Hassan II a réussi à faire la différence en se plaçant à la pointe du combat contre le colon israélien et pour le recouvrement des droits inaliénables du peuple palestinien frère sur son territoire.
Roi visionnaire, Hassan II a réussi à solder, à la fin de son départ, et à la faveur d’une réconciliation nationale tant espérée, la crise politique qui guettait le pays en invitant l’un des plus grands partis nationaux opposés, en l’occurrence l’USFP, à prendre les commandes de l’Exécutif.
Cet acte d’ouverture a été accueilli très favorablement par les opposants marocains en exil, dont Abderrahman El Youssoufi, Abraham Serfati, Fqih Basri, sans oublier évidemment l’amnistie promulguée par Hassan II en faveur de plusieurs dizaines de leaders politiques détenus dans le contexte tendu des années de plomb.
En somme, les Marocains gardent de Hassan II l’image d’un grand roi. Seize ans se sont écoulés depuis son départ fatidique, le souvenir de Hassan reste vivace dans la mémoire du peuple marocain qui l’a autant aimé et apprécié.

PAR ZIAD ALAMI