Handball: Championnats du Monde (Hommes)

les-bleus-s-offrent-un-sixieme-titre-mondial-a-domicile
La France remporte le Mondial, pour la sixième fois de son histoire, face à la Norvège

Publié le dimanche 29 janvier 2017 à 19:02 | Mis à jour le 29/01/2017 à 19:07
À domicile, l’équipe de France de handball a réussi son pari en décrochant ainsi la sixième étoile de son histoire. En difficulté pendant une mi-temps, les Experts ont fini par renverser la Norvège (33-26) en finale, dimanche à l’AccorHotels Arena.

Handball – Championnat du Monde (H) – La joie de Nikola Karabatic, artisan d’une nouvelle campagne victorieuse des Experts. (A. Mounic/L’Equipe)
La joie de Nikola Karabatic, artisan d’une nouvelle campagne victorieuse des Experts. (A. Mounic/L’Equipe)
Le match : 33-26

Après seize années d’attente et de domination sans partage, l’équipe de France était de retour à Paris, dimanche, pour la finale d’un Championnat du monde à domicile. C’est le match que tous les Experts attendaient, celui dont les deux rescapés de l’édition 2001 (Omeyer et Narcisse) leur avaient tant parlé, celui aussi, qui devait offrir à plusieurs d’entre eux (Fabregas, Remili, Dipanda, N’Guessan) un premier titre avec les Bleus. Face à la Norvège, qu’ils avaient déjà affrontée en phase de poules, les Bleus, invaincus partaient grandissimes favoris. Mais «une finale, ça reste un match à part, une dynamique particulière, une histoire nouvelle», avait prévenu Guillaume Gille. Et l’amer souvenir de la défaite de Rio trainait encore dans un coin de leur tête en guise d’avertissement.

Il a continué à peser en début de match, quand la Norvège, à la faveur d’une entame très agressive et de quelques prouesses de son gardien Torbjorn Bergerud, s’est installée en tête (6-4, 8e). Et a mis du temps à se dissiper : malgré les efforts de Nikola Karabatic, aussi impactant au tir qu’à la passe, les Bleus ont peiné à s’installer dans cette rencontre. Étonnamment peu disciplinés en défense (Thierry Omeyer en est sorti après moins d’un quart d’heure de jeu) et incapables d’imposer leur rythme, ils ont longtemps possédé trois buts de retard (7-10, 15e ; 11-14, 22e). Ce n’est qu’à la faveur de cinq dernières minutes à sens unique (5-1), boostés par deux gros arrêts de Vincent Gérard et une envolée au buzzer de Valentin Porte, que l’équipe de France a viré en tête à la pause (18-17).

Totalement relancés, les Bleus ont maintenu cette dynamique au retour des vestiaires : de deux contre-attaques fulgurantes, Michaël Guigou a même donné quatre longueurs d’avance aux siens dès la reprise (22-18, 33e). Et si la Norvège a tenté de s’accrocher (25-22, 45e) dans le sillage de son portier, héroïque, l’équipe de France n’a plus regardé dans le rétro : s’appuyant sur la puissance de Ludovic Fabregas au pivot et l’efficacité retrouvée de Nedim Remili, elle a gardé le cap (29-23e). Le public parisien pouvait exulter. Bousculée pendant une demi-heure, l’équipe de France a défendu ses terres. Elle reste sur le toit du monde.

Revivez le direct de la finale

Le joueur : Michaël Guigou

A peine utilisé en première période (deux minutes, à 2/3 aux penalties en remplacement de Kentin Mahé), Michaël Guigou a joué un rôle-clé au moment où les Bleus en ont eu le plus besoin. Envoyé au charbon en début de seconde période, le vétéran montpelliérain (35 ans) a rapidement inscrit trois buts et délivré deux passes décisives qui ont libéré les siens. Auteur de cinq buts au total (5/6), il est l’un des meilleurs marqueurs de la finale, derrière Nikola Karabatic (6/9) et avec Valentin Porte (5/6) et Kentin Mahé (5/6).

Le fait : le remplacement d’Omeyer par Gérard

Après moins d’un quart d’heure de jeu, et alors que les Bleus n’étaient pas au mieux (11-14), Didier Dinart a choisi de refaire confiance à Vincent Gérard, qui avait joué les soixante minutes de la demi-finale face à la Slovénie. Après une dizaine de minutes de rodage, le Montpelliérain a repoussé deux tirs qui ont envoyé les siens en tête. De retour dans le but après la pause, il n’a plus jamais rejoint le banc tricolore, réalisant onze arrêts au total. Décisif.

11

L’équipe de France totalise désormais onze titres sur la scène internationale
(6 Mondiaux, 3 Euros, 2 médailles d’or aux JO),
le tout en seulement vingt-deux ans.… Lire la suite Handball: Championnats du Monde (Hommes)

Mosquée de Tinmel, fruit de la rébellion Almohade et joyau du Haut-Atlas

Le Maroc regorge de trésors méconnus, cachés dans des lieux reculés. L’article de la semaine sur les sites touristiques marocains se penche sur un pan de l’histoire Almoravide et Almohade, dans le Haut-Atlas : la mosquée de Tinmel.

La mosquée de Tinmel est un bijou architectural de l’époque Almohade, un lieu de culte du XIIème siècle laissé à l’abandon des siècles durant. Ce monument religieux a pourtant bravé le temps, solidement ancré sur cette terre ocre du Haut-Atlas. Restauré en 1991 -via le financement de la Fondation ONA-, sa beauté n’en est que plus transcendante. Située à une centaine de kilomètres de Marrakech, dans la province d’Al Haouz, la mosquée est à mi-chemin entre Asni et Taroudant.

Ce monument fait penser par son style architectural simple à la tour Hassan de Rabat, la mosquée Koutoubia à Marrakech, ou la Giralda à Séville, héritages de l’époque de l’art islamique hispano-maghrébin. Référencée dans les listes indicatives de l’UNESCO depuis 1995, les murs de la mosquée de Tinmel sont fait de briques et de mortier à base de terre, cailloux et chaux. La couleur ocre attire le regard tout en laissant voguer l’imagination.

À ciel ouvert

Etes-vous prêts pour le voyage ? Lancez vous sur la route de Tizi’n Test, laissez vous envahir par les paysages sublimes qu’offre le Haut-Atlas. Aventurez-vous sur la vallée escarpée, quand soudainement, vous vous retrouvez devant une kasbah, agrippée au flanc de la montagne. Continuez, 50 mètres plus loin, hissée sur une colline de 1230 mètres d’altitude, la mosquée se dessine devant vos yeux. Des siècles d’histoire défileront devant vos yeux. Vous voilà possédé par la magie Tinmel.

La salle de prière est illuminée par neuf couleurs, colorant les nefs qui indiquent la direction de la Mecque. A présent les nefs sont à ciel ouvert, mais des morceaux du plafond de cèdre résistent. Le mirhab a été restauré aussi. Se perdre entre les arcs de la mosquée, admirer les chapiteaux floraux et les décorations géométriques, c’est se plonger dans un autre monde.

La construction est en forme de rectangle, d’une longueur de 48,10 mètres et 43,60 mètres. Cette mosquée reste au Maroc, l’un des rares lieux de culte musulman ouvert aux non-musulmans. Les oiseaux aussi trouvent refuge, nichés dans la muraille, notamment des Rolliers d’Europe.

La mosquée de Tinmel. /Ph. DR

Tinmel, centre spirituel de l’empire des Almohades

L’histoire de Tinmel est étroitement liée à celle du théologien Mohammed Ibn Toumert. Revenu d’un pèlerinage à la mecque et connu pour son coté «rigoriste», le savant se persuade que les Almoravides, dynastie au pouvoir est «décadente». Excellent orateur, doté d’un charisme capable d’hypnotiser une foule, ce «descendant du prophète» se proclame «Mahdi» en 1121, après avoir échoué à imposer un argument aux Almoravides. Il devient ainsi un danger pour les souverains, sa révélation est considérée comme une déclaration de guerre.

Le mirhab de la mosquée de Tinmel. / Ph. DR

En 1122, le «Mahdi» se réfugie donc dans le Haut-Atlas. Il s’installe à Tinmel, et forme une communauté avec beaucoup de disciples autour de lui. Cloitré dans une forteresse, les Almohades s’organisent. Le village devient leur quartier général de rébellion militaire, ainsi qu’un centre spirituel.

Pourtant, blessé lors d’une bataille, Ibn Toumert meurt avant d’avoir accompli son rêve de renverser les Almoravides et de conquérir la ville de Marrakech. Il est enterré à Tinmel. Son disciple Abd-Al Moumen Ibn Ali prend le relais, et réussit à renverser les Almoravides. Il entrera à Marrakech en 1147, et fera régner la loi sur toute l’Afrique du Nord, jusqu’à Grenade en Andalousie.

De ce vaste empire, le village de Tinmel restera le centre culturel et spirituel. Le palais royal, dont il ne reste que les ruines aujourd’hui, y était construit. L’héritage architectural qui resistera le mieux à l’assaut des siècles est donc la mosquée de Tinmel, construite par le nouveau sultan Almohade vers 1153-1154.

ZAÏNAB ABOULFARAJ
Yabiladi.com

Suivre TINMEL MOSQUEE ALMOHADE ALMORAVIDES… Lire la suite Mosquée de Tinmel, fruit de la rébellion Almohade et joyau du Haut-Atlas

FESTIVAL INTERNATIONAL DES NOMADES

La 14ème édition du Festival des Nomades se tiendra les 16, 17 et 18 mars 2017 à M’hamid El Ghizlane, Zagora, Maroc.

Taking pride in the growing success of the past thirteen years, the « World Nomads Association » will present the 14th International Nomads Festival on 16, 17 and 18 March 2017 in M’hamid El Ghizlane, Zagora, Morocco

UN ESPRIT, UN FESTIVAL

Le Festival International des Nomades est un festival de plein air, un festival citoyen et artistique. Il se déroule une fois par an à M’hamid El Ghizlane, à 90 kms au sud de Zagora dans la vallée du Drâa (Maroc). Les activités culturelles mettent en lumière le patrimoine matériel et immatériel des tribus nomades, contribuant ainsi à préserver leur identité culturelle. Ce festival est un véritable « tremplin » pour la culture nomade.

Ezza – DSC00354

L’art sous toutes ses formes y est présenté : artisanat, peinture, tissage… mais aussi et surtout chants, musiques et danses, contes et poésie sont interprétés par des artistes (locaux, nationaux et internationaux) invités à se produire sur scène.

Debademba_ALI2023.JPG

Pendant trois jours sont proposés des conférences, tables rondes et ateliers sur des sujets variés: le nomadisme, le patrimoine, la flore, la faune, l’agriculture, la protection de l’environnement, l’économie, la santé, l’éducation, …

L’art culinaire y est présent à travers l’une des préparations essentielles dans le désert: le pain de sable (Mella).

Préparation de la pâte à pain

meilleur pain de sable

Le sport n’est pas en reste avec une démonstration de hockey nomade et une course de dromadaires, appelée « ellaz ».

Sur un plan économique, le festival apporte un plus matériel dans le quotidien des populations locales, ce qui améliore considérablement leurs conditions de vie. Sur le plan social, le festival fédère la création d’espaces de formations, de communication, d’échanges d’idées et d’expériences entre les différents acteurs. C’est un stimulant pour les artisans et les jeunes qui établissent de solides liens avec les visiteurs de la région, du Maroc et de l’étranger.

Sur le plan médiatique, chaque nouvelle édition voit de nouveaux médias venir découvrir et comprendre « l’âme » de ce festival unique.

A l’issue du festival 3 prix sont remis à des acteurs de la vie quotidienne, récompensant leur implication et leur travail au quotidien ou leur créativité artistique.

Les Nomades sont les auteurs privilégiés du festival. Chacun porte en lui un projet et engage sa responsabilité en employant ses connaissances et son savoir-faire, qui pour beaucoup d’entre eux est ancestral, au bien-être de tous.

Ingéniosité, solidarité et générosité ne sont pas de vains mots dans le pays des sables… C’est une véritable découverte et une vraie rencontre que vous propose l’Association Nomades du Monde.

11084394_10153135512127969_635750475_n

An open-air event in harmony with nature and with the nomads’ world, the International Nomads Festival is a forum to freely express and exchange ideas in a friendly environment, showcasing a civilisation of children, women and men with a strong cultural identity of the values and wisdom that are the legacy of their ancestors.

Various cultural activities highlight the tangible and intangible heritage of the nomadic tribes, thus contributing to preserve their cultural identity. Economic and social solutions are presented during the conferences and workshops, to encourage collective and associative initiatives and open new opportunities to local development.

Set in a colourful and exotic setting, the 13th Nomads Festival will be once again a great meeting of nomadic cultures, an exploration for the visitors and a model for the younger generations, who have an opportunity to open up to new frontiers while preserving their traditions.… Lire la suite FESTIVAL INTERNATIONAL DES NOMADES

Festival Internacional de Merzouga

La 5ème édition du Merzouga World Music Festival
du 13 avril au 16 avril 2017

L’unique rendez-vous annuel qui ramène les rythmes du monde aux dunes de Merzouga. Dans un décor d’une beauté inégalable, l’hospitalité légendaire des peuples nomades accueille un public venu sentir battre le cœur du Maroc et du monde. Le Festival International de Merzouga est un voyage spirituel dans le temps, au pied du mystique Erg Chebbi, les dunes les plus majestueuses du Maroc.

El festival internacional de Merzouga se celebra en el desierto del Sahara y busca promover la paz y la tolerancia. Uno de los mejores festivales que combina diferentes espectáculos como conciertos con artistas internacionales de diferentes países, conferencias, una carrera por el desierto y una boda bereber al estilo tradicional. Siente la magia del desierto.

Merzouga international festival is performed in the Sahara desert and seeks to promote peace and tolerance. One of the best festivals combining different shows and concerts with international artists from different countries, conferences, a race through the desert and Berber traditional wedding. Feel the magic of the desert.… Lire la suite Festival Internacional de Merzouga

Marathon de Marrakech : Plus de 8 000 coureurs cette année

La 28ème édition du Marathon international de Marrakech, qui aura lieu le 29 janvier, rassemblera plus de 8 000 participants professionnels et amateurs, a annoncé, hier soir à Casablanca, le président de l’association le Grand Atlas (AGA), également directeur du Marathon international de Marrakech, Mohamed Knidri.

A noter que le marathon de cette année comportera une course consacrée aux enfants le 28 janvier, outre le Marathon et le semi-marathon le 29 janvier.… Lire la suite Marathon de Marrakech : Plus de 8 000 coureurs cette année

Le Riad « Dar Khmissa » à Marrakech

Le Riad Dar Khmissa, dans la médina de Marrakech, est un véritable havre de paix à l’état pur.

Quiétude, convivialité, accueil personnalisé et Authenticité dans la Médina.

Et bien voilà, quatre jours off devant moi et j’ai la bougeotte qui me reprend.
J’arpente le Web, les guides de voyages se trouvant dans ma bibliothèque, je questionne mes copains, je feuillette les magazines et regarde tous les reportages télévisés sur les différentes parties du monde à découvrir…

C’est décidé, Marrakech, me voilà.

Des vols bon marché, une ville qui fait rêver et un soleil radieux : la cité impériale me tend les bras.
Me manque plus qu’un lieu sympa où dormir, genre boutique-hôtel, Riad ou petite maison d’hôtes bien placé et avec beaucoup de charme.
C’est en discutant avec une amie qui m’a parlé du « Riad Dar Khmissa Marrakech », joli petit Riad au cœur de Marrakech, que j’ai décidé de réserver une chambre chez eux.
Bien m’en a pris, car ces quelques jours furent vraiment … un rêve !

NOUS AIMONS
La lumière de Marrakech au lever et/ou au coucher du soleil … Divin !
Le côté écrin du Riad jardin des rêves et sa localisation, en plein cœur de Marrakech
Les 7 chambres, toutes uniques, pour un séjour ultra personnalisé et une suite,
La cuisine « comme-à-la-maison », le raffinement en plus … Les petites crêpes marocaines le matin avec un jus d’orange frais, c’est juste à tomber !
Les services du Riad, du transfert privé aux excursions à Essaouira ou Ouzoud en passant par la blanchisserie, le jacuzzi et le solarium en terrasse. Un service véritablement à la carte.

UNE EXPÉRIENCE !
Marrakech, perle du sud …
Ce petit nom donné à la cité impériale me laissait rêveuse alors que j’attendais la fin de l’embarquement du vol AT 749 à l’aéroport d’Orly.
En prenant la R.A.M-Royal Air Maroc, je savais déjà que j’allais goûter dès le décollage aux prémisses orientalistes de ce séjour décidé à l’improviste. Beaucoup de mes amis s’étaient déjà rendus dans cette ville et à chaque fois en revenait avec une vision enchanteresse.
Et même si le lieu reste désormais très fréquenté par les touristes, il plane au-dessus une atmosphère si secrète et si confidentielle que la cité incite encore beaucoup de novices, comme moi, à s’y rendre.

Trois heures plus tard, j’atterris aux portes de la ville. Je comprends à l’instant la fascination qu’exerce l’endroit car la couleur ocre, dominante, se teinte de mille feux sous le soleil couchant. Marrakech, amarrée aux contreforts de l’Atlas, apparaît ainsi dans toute sa splendeur, et l’on sent déjà à son contact que l’on se retrouve dans un ailleurs qui s’apparente plus aux portes du désert qu’au bassin méditerranéen. Le transfert au « Riad Dar Khmissa », que j’avais retenu auparavant, se déroule sans encombres et je me retrouve très vite dans une ruelle ombragée de la Medina, devant une bâtisse à l’univers clos. En poussant la porte, qu’elle n’est pas mon plaisir de découvrir une maison traditionnelle comme je l’avais imaginée dans mes fantasmes les plus anciens, faîte de plusieurs étages circulant autour d’un patio où prend place une magnifique fontaine. Un thé à la menthe, tranquillement installée sur des coussins mis à disposition dans la cour intérieure, je savoure l’instant en me battant contre le cliché de la princesse aux mille et une nuits et autres sultaneries …

Trop fatiguée pour arpenter les ruelles de la Medina, je me décide pour le premier soir à rester au Riad afin de profiter de la cuisine « home made » concoctée par Bahija la cuisinière de la maison. J’ai beau préparé de temps en temps quelques tajines quand je suis chez moi, je dois dire que celui que j’ai goûté ce premier soir, restera longtemps dans mon souvenir. Délicatement parfumé de cannelle et de gingembre, l’agneau, à la saveur sucrée-salée, fondait dans la bouche et offrait un panel de saveurs inégalées. Le verre de Boulaouane qui accompagnait le plat, merveilleusement frais, s’accordait parfaitement au tajine et je passais une soirée délicieuse, à converser avec les quelques voisins de table qui se trouvaient là… Le lendemain, levée tôt après une nuit calme et reposante dans la quiétude du riad, je continuais mes agapes marocaines au petit déjeuner en me faisant la réflexion qu’à rester trop longtemps dans un tel endroit, je reviendrais certainement avec des kilos superflus !
Confiture aux agrumes légèrement acidulée faite par Michel un des propriétaires, thé bien corsé, petites crêpes croustillantes, tout est mis en œuvre pour faire de ce repas, un moment à part.

En sortant du riad en cette matinée ensoleillée, le soleil est déjà haut dans le ciel et je m’enfonce alentour dans les venelles de la vieille ville marocaine. Bigarrée, épicée, colorée, odorante, grouillante, fascinante, autant de qualificatifs qui sont révélateurs du charme de la Medina, dans laquelle il est possible de s’égarer pendant des heures. Les échoppes sont diverses et offrent de nombreux produits locaux, j’essaie de me restreindre en pensant au poids de ma valise. Déambulant, je m’attarde le midi dans un boui-boui pour déguster un sandwich Chawarma). Il est déjà tard et je me suis laissée bercer par les heures qui passaient. Le soir, petit stop pour quelques grillades place Jemaa el Fna afin de profiter de l’ambiance du lieu. Un doux vent du sud m’accompagne sur le chemin du retour, m’invitant à laisser mes pensées voguer au loin. Le lendemain, je me décide pour partir à Essouaira -ex Mogador- car des amis proches m’ont parlé de l’époque où ils vivaient là-bas, dans les années 50, d’une manière très émouvante … Moi originaire de la Bretagne, cette ville ceinte de remparts me fait penser à Saint-Malo ! Je déambule, appréciant le climat océanique, si contrastant avec celui de Marrakech. Nous ne sommes pourtant qu’à 2 heures de voiture et l’impression est tout autre. Car c’est aussi ça le Maroc, le désert et la mer, la montagne et la plaine, l’ancien et le moderne, en un mix savant, tout en subtilités !

SERVICES DE L’HÔTEL
Réception ouverte 24h/24
7 Chambres et une suite- non-fumeurs
Wi-Fi disponible gratuitement dans les parties communes et dans les chambres
Ordinateur, choix de livres, sont a disposition
Restaurant (cuisine marocaine traditionnelle) ouvert toute l’année
Parking payant à proximité du Riad : 3€ par jour
Transfert en minibus de/vers l’aéroport de Marrakech Menara avec un supplément de 15 € jusqu’a 4 personnes par trajet ou 30 € aller/retour
Etablissement non accessible aux personnes à mobilité réduite
Animaux de compagnie autorisés au sein de l’établissement
Chambre pour 2 personnes

– Superficie : 12 mètres carrés
– Type(s) de lit(s) : 1 grand lit double queen size
– Salle de bains avec douche, toilettes, sèche-cheveux, peignoirs et djellabas, articles de toilette des Sens de Marrakech gratuits
– Équipements en chambre : coffre fort, climatisation.
COMMENT S’Y RENDRE
RIAD DAR KHMISSA MARRAKECH
166 Derb Jemaa
Arset Moussa Lackbira
40008
Marrakech Médina
Maroc
Le Riad Dar Khmissa est situé en plein coeur de la ville Ocre, entre la place Jemaa el Fna et le palais Bahia, à 2 minutes à pied des deux célèbres monuments .
EN AVION
– Avec Easyjet, vous pourrez réserver votre billet d’avion pour Marrakech au départ de Paris, Lyon, Genève, Bâle-Mulhouse, Nice, Bruxelles
– Avec Transavia, vous pourrez réserver votre vol au départ de Paris Orly
– Avec Ryanair, vous réserverez votre vol au départ de Beauvais, Paris Vatry, Bruxelles, Marseille et Gérone.
– Avec Royal Air Maroc, vous pourrez réserver votre billet d’avion au départ de Paris Orly, Lyon, Toulouse, Nantes,…
– Avec Air France, vous pourrez réserver votre vol à Marrakech depuis Paris, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg,…
– Avec Vueling, vous pourrez réserver votre vol à Marrakech depuis Nice, Toulouse, Bordeaux ou Paris en faisant escale à Barcelone, base et siège officiels de la compagnie aérienne.

Une fois à l’aéroport, et si vous n’avez pas prévu de vous déplacer en dehors de Marrakech, le taxi est la solution la plus flexible et la plus économique. Autrement, tous les loueurs de voitures sont présents à l’aéroport de Marrakech, mais il est indispensable d’avoir pré-réservé votre véhicule avant votre départ.

Vous pouvez également demander au préalable le transfert proposé par le Riad en minibus privé (avec un supplément de 15 € par Transfert pour 4 personnes).

CONDITIONS

Condition spéciale : Séjour de 2 nuits minimum
Taxes de séjour non incluses de 2,50 € par jour et par personne
Menus pour régimes spécifiques disponibles sur demande
Arrivée à partir de 14h00 et départ avant 11h00
SOYEZ BRILLANTS, NE MANQUEZ SURTOUT PAS…

La traditionnelle place Jemaa el Fna. C’est un classique mais son atmosphère et l’esprit que le lieu dégage reste unique. Evidemment, vous vous devez d’y dîner un soir et de commander des brochettes juteuses, sur de grandes tables en bois. Inoubliable ! Près de la rue el Ksour
Un tour dans la médina pour ramener épices et autres fragrances et notamment de l’huile d’argan, devenue un « must-have » en France. Faites un détour par la boutique Warda la mouche pour ses caftans revisités, ses sarouels bien coupés et ses babouches très mignonnes. Warda la mouche, 127 Rue Kennaria, Marrakech.
Déguster un LoDrink à La Mamounia pour goûter à l’atmosphère de raffinement unique qui se dégage du lieu. Winston Churchill était un adepte de cet endroit de légende, c’est dire ! la Mamounia, 127 Rue Kennaria, Marrakech, Maroc. http://www.mamounia.com
Visiter les Jardins Majorelle et partir sur les pas de Yves Saint Laurent et Pierre Berger. Onirique et tout simplement beau. Rue Yves Saint Laurent, Marrakech, Maroc +212 5243-13047

http://www.dar-khmissa-marrakech.com

Par Aurore Bougainville… Lire la suite Le Riad « Dar Khmissa » à Marrakech

Billets d’avion : l’astuce pour ne plus se faire pigeonner par les variations de prix

Variation de prix
Pourquoi les billets de train et d’avion varient d’une minute à l’autre sur internet ? Comment ne plus se faire avoir par ces hausses de prix factices ? Un article très intéressant a attiré notre attention, publié sur le blog de Rafaele Rivais, journaliste au « Monde ». En voici les principaux enseignements, à lire absolument !

Cela vous est sans doute déjà arrivé : le prix des billets d’avion est passé à 120 euros alors qu’il n’était que de 100 euros 15 minutes plus tôt. Pas de chance ! Sauf que la chance n’a pas grand chose à voir là-dedans… Explications.

Le Yield Management : les prix augmentent avec le remplissage

Il n’existe pas de traduction officielle en français de cette expression. Disons que l’on peut désigner ce principe par « l’optimisation de la recette tarifaire ». La technique est déjà bien connue, car pratiquée depuis longtemps par les compagnies low cost.

De manière très simple, un nombre défini de sièges est attribué à tel prix et les prix augmentent de pair avec le remplissage de l’appareil. D’où le conseil souvent prodigué sur ce blog : réserver ses billets d’avion le plus tôt possible. Surtout sur les vols et les horaires très fréquentés, le nombre de places à petit prix étant moins important.

Pour rappel : liligo.com est totalement indépendant des compagnies aériennes qu’il indexe.
Les différences de prix susceptibles d’être constatées entre liligo.com et le site du marchand s’expliquent par les techniques de vente des compagnies décrites ici.

Si votre billet aller-retour pour Rome a augmenté de 10% ou 20% en quelques minutes seulement, c’est donc que d’autres personnes ont effectué leur réservation entre temps et ont « piqué » les derniers billets les moins chers. C’est le jeu avec les low cost (mais aussi de plus en plus souvent avec les autres compagnies) et vous vous êtes fait avoir à la régulière. A moins qu’il y ait autre chose, de moins avouable et de moins « fair play »…

Ryanair site web

L’ « IP tracking », où comment vous pister sur internet

La grande info que l’on trouve dans cet article de Rafaele Rivais, c’est le rôle de l’ « IP tracking ». Un nom un peu barbare qui cache une réalité assez simple. Chaque ordinateur (ou smartphone) est identifié et associé sur internet à un numéro, son adresse IP. Le site d’une compagnie aérienne, par exemple, peut vous reconnaître grâce à cette adresse IP.

Des algorithmes ont été développés pour enregistrer vos recherches et comprendre que si vous effectuez la même recherche plusieurs fois à peu de temps d’intervalle, c’est que vous êtes très susceptible d’acheter des billets d’avion prochainement.

Il s’agit donc de vous inciter à passer à l’action, en vous faisant payer le maximum, tant qu’à faire. Vous commencez à comprendre le traquenard… Dès votre seconde recherche, la compagnie affiche, rien que pour vous, un prix supérieur. Et le résultat est imparable : « Mince les prix augmentent, il faut acheter maintenant ! » .

Les astuces pour ne plus se faire piéger

L’astuce pour ne plus se faire piéger est très simple : après avoir effectué ses recherches de billets d’avion, il faut changer d’ordinateur (et de terminal internet) pour faire son achat, afin que le marchand ne vous reconnaisse pas. Vous pouvez aussi :

– utiliser un « hotspot », c’est-à-dire un réseau dont l’IP est public.

– débrancher et rallumer votre box. Cette technique ne fonctionne pas pour tous les fournisseurs internet.

– utiliser votre smartphone en 4G.

– vider votre historique et utiliser les fenêtres de navigation privée.

passer en navigation privée

Sachez en tout cas que ces pratiques d’IP tracking sont illégales et que vous pouvez obtenir gain de cause si vous vous estimez lésé par celles-ci. N’hésitez pas à consulter une association de consommateur pour plus d’informations !

Rafaele Rivais… Lire la suite Billets d’avion : l’astuce pour ne plus se faire pigeonner par les variations de prix

Les douceurs Marocaines

La cuisine Marocaine est riche en couleurs, en plats et épices.

Aujourd’hui je vais vous parler des ingrédients qu’on ne trouve qu’au Maroc, les spécialités 100 % made in Morocco.

Commençons par l’Amlou, également appelé en arabe « Amlou Louz » est une pâte à tartiner issue d’une recette berbère traditionnelle 100% naturelle, composée de miel, d’huile d’argan et d’amandes.

Amlou, un vrai délice d’une simplicité remarquable, regroupe tous les ingrédients d’une préparation gourmande et fortifiante servie au petit-déjeuner ou au goûter.

Après son conditionnement souvent mis en bocal, il peut se solidifier. L’huile d’Argan remonte en surface. C’est un phénomène naturel qui garantit sa qualité. Il est préférable avant de le déguster après l’avoir remué jusqu’à obtention d’un mélange homogène. Il est souvent dégusté avec un peu de pain de préférence fait maison accompagné par l’inévitable verre de thé.

Huile d’argan ou Argane, riche en vitamine E, en antioxydants est devenue un allié précieux pour celles qui prennent soin de leur peau et cheveux. Tirée de l’arganier, arbre endémique du Maroc, elle est aussi très utilisée dans la cuisine traditionnelle berbère.

Découvrons maintenant, Sellou ou Sfouf, qui est une recette généralement préparée durant le mois sacré de Ramadan. Cette douceur sous forme de poudre plus au moins compacte est appréciée elle aussi accompagner d’un thé à la menthe. Lors des fêtes de baptême, il accompagne les gâteaux marocains. Il est à base de farine, amandes, graines de sésame, gomme d’arabique, anis, miel et beurre.

Rfissa est un plat traditionnel 100 % Marocain. C’est mon petit péché, mon plat préféré. A base de Msemmen (crêpes maghrébines), d’un bouillon d’oignons, de gingembre, de coriandre, de safran, de ras el hanout et de l’indispensable fenugrec (halba en arabe), il a une saveur saveur unique. Il est souvent accompagné de viande de pigeon ou peut-être remplacée par de la viande de poulet. Un régal ! ! !

Les saveurs marocaines sont nombreuses. La cuisine marocaine regorge de mets tous aussi savoureux les uns que les autres. Il nous faut plus d’une vie pour tous les déguster ! ! !

Sara Moufakkir (www.lepetitjournal.com/casablanca)… Lire la suite Les douceurs Marocaines