Revivez la cérémonie d’ouverture de la 17e édition du FIFM


Le FIFM revient en force après un an d’interruption. 

CINEMA – Le rendez-vous que les cinéphiles Marocains attendaient. Ce vendredi 30 novembre a marqué le “comeback” du Festival International du Film de Marrakech. Un évènement qui fait un retour sous le signe de la nouveauté. Nouveau coordinateur, nouveau directeur artistique…

Ali Hajji, coordinateur du festival, a d’ailleurs lui même insisté, sur le tapis rouge, sur les innovations de cette année, notamment les séances “Conversations avec…”, les Ateliers de l’Atlas, dédiés aux professionnels du cinéma, et la projection de sept films marocains…

Du neuf également dans la sélection presque entièrement constituée de premières ou secondes oeuvres: “Un cinéma osé et de qualité avec un niveau de maîtrise assez impressionnant”, explique le directeur artistique du festival, Christoph Terhechte. Une sélection qui compte cette année 6 femmes sur les 14 films sélectionnés. Une parité presque atteinte.

La parité a cependant été largement dépassé du côté du jury. Présidé par James Gray, habitué du festival dont il était déjà membre du jury en 2016, il est composé cette année de cinq femmes et quatre hommes.

Un jury majoritairement composé de femmes

James Gray est ainsi accompagné cette année par l’actrice indienne Ileana d’Cruz (Barfi!), la cinéaste marocaine Tala Hadid (House in the fields), la cinéaste et plasticienne libanaise Joana Hadjithomas (Je veux voir), l’actrice américaine Dakota Johnson (Bad Times at El Royale, Suspiria, La trilogie Fifty Shades) et la réalisatrice britannique Lynne Ramsay (We need to talk about Kevin, A Beautiful Day).

L’acteur allemand Daniel Brühl (Good Bye Lenin!), le réalisateur français Laurent Cantet (Entre les murs – Palme d’or 2008) et le réalisateur mexicain Michel Franco (Les Filles d’Avril) complètent le jury de l’année 2018. Daniel Brühl dont la galanterie n’est pas passée inaperçue pendant la cérémonie d’ouverture, quand ce dernier a aidé sa collègue Ileana d’Cruz à accéder à l’estrade. 

Dakota Johnson était l’indéniable touche glamour du tapis rouge cette année. L’actrice a pour l’occasion arboré une robe à bretelles rose pale Gucci, marque dont elle est l’ambassadrice.

Le tapis rouge a également vu défiler acteurs marocains et égyptiens. La superstar égyptienne Youssra a notamment ravi le public en prenant de nombreux selfies avec la foule présente devant le palais des congrès.

Le cinéma est la chose la plus proche d’une fenêtre à une autre conscience

Au cours de son discours, le président du jury, James Gray, n’a pas manqué de faire référence à l’administration Trump et la réputation actuelle des Américains à travers le monde. “En tant qu’Américain, j’ai la responsabilité d’au moins essayer de représenter notre meilleur côté. Celui ouvert aux autres, plein d’espoirs et éclairé. Pour moi, le cinéma est la chose la plus proche d’une fenêtre à une autre conscience”. 

Le festival a, comme à son habitude, inauguré cette édition avec la projection d’un film inédit au Maroc. Cette année c’est Julian Schnabel et son “Eternity’s Gate” qui a ouvert de le bal. 

Un film qui raconte les dernières années de la vie Van Gogh, sa descente dans la folie mais aussi sa fièvre créatrice.On appréciera l’ironie dans la projection d’un film ayant comme sujet l’archétype même de l’artiste maudit reconnu après sa mort, devant une foule d’artistes reconnus et célébrés de leur vivant.

“Eternity’s Gate” est porté par un Willem Dafoe habité et une pléiade d’acteurs américains (Oscar Isaac) et européens (Mathieu Amalric, Rupert Friend, Mads Mickelsen, Emmanuelle Seigner, Vincent Perez, …). Filmé caméra au poing, le film délivre une vision inédite de l’artiste, au plus près des visages et des oeuvres, marqué par de longues scènes de dialogue. 

Willem Dafoe excelle dans le film avec une performance qui en fait déjà un des noms les plus cités pour l’Oscar du meilleur acteur. 

La projection semble confirmer le virage “auteur’ pris par le festival ces dernières années. “Avant, on nous disait que c’était des strass et des paillettes et maintenant on prouve que l’on est capable de faire les deux”, expliquait déjà en 2017 le directeur du Centre cinématographique marocain, Sarim Fassi-Fihri, au HuffPost Maroc.

Par Salma Khouja

Publicités

Votre avis nous intéresse

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s