Économie

L’économie de Marrakech repose essentiellement sur le tourisme, le commerce et l’artisanat. L’infrastructure hôtelière a connu ces dernières années une croissance rapide. Le chiffre d’affaires rapporté par le tourisme y connaît une croissance exponentielle puisqu’il y doublerait tous les 4 ans.

On recense dix-huit souks à Marrakech, où exercent plus de quarante mille potiers, dinandiers, maroquiniers et autres artisans. Leurs productions traditionnelles sont aujourd’hui concurrencées par des sandales en plastique, des djellabas synthétiques ou de fausses écharpes palestiniennes fabriquées en Inde ou en Chine.

Les quartiers industriels Sidi Ghanem et Al Massar, regroupent une plateforme logistique importante contenant des usines, des ateliers, des dépôts de stockage et des showrooms.

La place Jemaa el-Fna.
La ville est un haut-lieu touristique, plus de deux millions de touristes chaque année. Elle est également le point de départ de nombreuses excursions pour les randonneurs désireux de parcourir l’Atlas ou le désert plus au sud.

La ville s’oriente désormais vers le tourisme de luxe. Marrakech est en effet devenue une des destinations favorites pour les célébrités françaises qui aiment son charme préservé qui sait allier luxe, raffinement et authenticité.

La ville a ainsi été qualifiée de « rêve des mille-et-une nuits » par Arielle Dombasle qui s’investit en France pour mieux faire connaître cette ville. De nombreuses stars françaises ont d’ores et déjà acheté leur riad privé en plein cœur de la Médina.

L’apparition de ce tourisme de luxe remonte à 1967 avec l’arrivée d’Yves Saint Laurent à Marrakech, puis son rachat en 1980 du jardin Majorelle. Marrakech devient alors un lieu réputé pour sa culture, ses arts, ses traditions et son patrimoine architectural qui séduit peu à peu un grand nombre d’artistes de renom.

Les attentats du 11 septembre 2001 marquent le début de la crise du tourisme mondiale et donc un premier coup d’arrêt par répercussion pour les séjours à Marrakech. Dix ans plus tard, l’attentat d’Argana porte lui aussi un coup au tourisme de la ville. Entretemps, le Club Med ouvre un village de vacances dans la Palmeraie en 2004 et ferme celui appelé « La Médina », situé place Jemaa el-Fna, peu après.